Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
Le Constitutionnel du 16 octobre
Un assassinat a été commis pendant la nuit de vendredi à samedi, à Saint-Romain-de-Colbosc, sur la route impériale, n°14. La femme LAURAY, demeurant aux Trois-Pierres, attendait son mari, qui était allé au Havre ; l’heure se passait, et LAURAY n’arrivait point. L’attente semblait d’autant plus longue à la pauvre femme, que son mari devait, suivant son habitude, rapporter du marché du Havre une somme de 1.200 à 1.300 fr., résultant de son commerce de porcs.
Enfin, vers onze heures du soir, elle entendit le bruit bien connu de la voiture. Par malheur, sa joie ne fut pas longue, et ses sinistres pressentiments devinrent trop sûrement confirmés, quand elle vit dans la voiture vide, ramenée par l’instinct du cheval, de larges taches de sang.
Avec l’aide de la gendarmerie de Saint-Romain, qu’elle alla prévenir aussitôt, la malheureuse femme entreprit des recherches qui amenèrent, au bout de peu de temps, un résultat trop bien prévu d’avance : à environ 800m du bourg, on trouva dans un fossé le corps inanimé de LAURAY. Il avait une forte blessure à la tempe droite et une autre sous le sourcil gauche. A quelques pas sur la route, on voyait de nombreuses traces et une large mare de sang. Ce qui a bien vite confirmé les soupçons que la victime avait été assassinée, c’est que dans ses poches, retournées à moitié, on n’a plus trouvé qu’un couteau et vingt centimes de monnaie. On a trouvé aussi, à quelques pas du cadavre, le fouet et la casquette de LAURAY, ainsi qu’un bâton dont on ne s’explique pas la provenance et qui a, sans doute, servi à commettre le crime.
Après les constatations d’usage, le cadavre de LAURAY a été transporté à l’hospice de Saint-Romain, M. le procureur impérial et M. le juge d’instruction du Havre, prévenus par dépêche télégraphique, se sont rendus, dès hier matin, à Saint-Romain, afin de procéder à l’instruction de cette affaire. LAURAY était âgé de cinquante-deux ans.

L’enquête généalogique :
Jacques Romain LORRAY, cultivateur et marchand lardier, domicilié aux Trois-Pierres (Seine-Maritime), né à Rogerville (Seine-Maritime), le 18 novembre 1813, fils de Jacques Adrien, cultivateur, domicilié à Mélamare (Seine-Maritime), et de défunte Marie Rose LETENDRE, époux d’Aimée Elisabeth MOUETTE, cultivatrice, avec laquelle il s’est marié à La Remuée (Seine-Maritime), le 6 décembre 1836, est décédé le 13 octobre 1865, à Saint-Romain-de-Colbosc (Seine-Maritime), sur la route Impériale n°14 de Paris au Havre, près de la borne kilométrique 86. Louis Honoré MOUETTE, cultivateur et marchand, âgé de 52 ans, domicilié à La Remuée, beau-frère du défunt, déclare le décès.
Jacques Adrien LAURAY, journalier, domicilié et né à Rogerville, le 7 janvier 1792, fils de Jacques Thomas, journalier, et de Marie Françoise Monique VARET, domiciliés à Rogerville, s’est marié à Rogerville, le 27 février 1813, avec Marie Rose LETENDRE, fileuse de lin, domiciliée à Rogerville, née à Oudalle (Seine-Maritime), le 12 juin 1787, fille de Guillaume, cultivateur, et de Marie BRANVILLE, décédée à Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime).

Support : BNF Gallica, AD de la Seine-Maritime, Geoportail
logo geneanaute
Portail généalogique
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut