Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
MC df1Les monuments romains, omniprésents dans Nîmes, ont servi à divers usages, parfois très éloigné de leur destination première, aux habitants de la cité des Antonins. Nous avons déjà parlé de l'amphithéâtre, les arènes, véritable petite ville à la périphérie de l'autre ville. Les chevaliers maîtres des lieux y créérent un château dans lequel les habitants y virent un refuge et des habitations sûres qu'ils firent avec les vieilles pierres.
Nombreuses sont les habitations nîmoises bâties à partir de vieilles pierres romaines, nombreuses donc furent les destructions de ces édifices construits aux débuts de l'ère chrétienne.
Parmi ceux-ci, la Maison Carrée échappa, grâce à la bienveillance de Louis XIV et à l'intervention de l'intendant Basville, à la destruction totale.
Le récit provient du Livre de raison d'un notaire nîmois, Borrelly, relaté dans un des fascicules des mémoires de l'académie de Nîmes. Le recueil dans lequel le dr Puech, en 1886, parle de ce livre de raison, est mis à disposition sur le site de Brozer Archives, dans une belle version. L'ensemble des documents de l'académie de Nîmes pouvant être consulté dans Gallica.

1691
Le lundi I janvier, j'ai fait présent à Louis Montfaucon, créé 4e consul, mon compère et tailleur, de deux paires de perdrix qui ont coûté quarante-cinq sous la paire.
Le vendredi XXVI, Mgr Fléchier a béni l'église de la Maison-Carrée (2) et y a célébré la première messe, en présence de l'intendant, du gouverneur et des consuls en robe rouge. Cette église a été bâtie dans l'enceinte de la Maison-Carrée, par les soins du P. Tonga, prieur des Augustins. Il y a quelques années que ces religieux ont acheté ce superbe et antique édifice. Ils vouloient le détruire, mais le Roy défendit d'y toucher, permettant seulement d'y établir l'église et de réparer l'édifice qui étoit fort délabré. Cela a été fait le mieux du monde on a refait des piliers entiers et on a étayé cette maison qui étoit en l'air, au moyen de l'église et de grands fers. On a pris force peines et soins on a donné aux réparations la couleur de l'antique. Il en coûte beaucoup à la province car tout cela s'est fait à ses dépens.

(2) La Maison Carrée servit d'abord d'hôtel de ville. Echangée en 1540, contre la maison de Pierre Buys, qui ast restée l'hôtel de ville de cette époque à l'année 1700, elle eut toutes sortes de destinées et de locataires. Par exemple, si elle a éte habitée par le ministre Claude Falgueroles, elle est devenue un peu plus tard, une modeste auberge. A la mort de Pierre Buys, qui en fut le premier possesseur, elle passa aux mains de sa fille Louise, épouse de Robert d'Albenas sgr de Valerargues, et de celle-ci au fils ainé de sa fille, Denis Brues sgr de Saint-Chaptes. Félix Brues, héritier du précédent, la vendit au prix de 5,650 livres aux Pères Augustins. L'acte reçu le 26 mai 1670 (Privat, fo 231) constate que l'évêque Cohon indiqua cette maison "comme la plus propre à y bastir un couvent et une église." II y avait plusieurs maisons attenantes habitées par de pauvres ouvriers, et c'est, en voulant les démolir, qu'on compromit la solidité de l'édifice. L'intendant Basville intervint alors et c'est à son crédit, à ses instantes démarches, que sont dues les réparations qui ont sauvé d'une prompte ruine ce bijou d'architecture.
Gallica GALLICA
Geneanet
GÉNÉANET
Google
GOOGLE
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut