Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
peladanL'auteur de la Preméthéide, du Vice suprême et de Comment on devient un mage est un artiste, -ariste, dirait-il- avant tout, M. PELADAN n'a rien négligé de ce qui touche à l'art ; il a étendu sa culture à la musique, au théâtre, à la peinture, et en général à toutes les manifestations de l'art.

MARIANI, chimiste originaire de Pero-Casevecchie en Corse, fut le célèbre inventeur d'une boisson tonique, "Vin Mariani", à base de vin et de feuilles de coca qui eut un énorme succés en Europe de la seconde moitié du 19ème siècle aux années 30.
En parallèle, MARIANI crée une véritable publicité basée sur les bienfaits de sa boisson louée par les plus grandes figures contemporaines du siècle : ce sont les fameux albums MARIANI.
Ces albums présentant une biographie, un portrait et un autographe sur les mérites du vin de MARIANI sont un plaisir à feuilleter en découvrant les images de ces personnages célèbres, leur écriture.

Joséphin PELADAN n'a négligé aucune des branches de l'éthique et de l'esthétique ; en toutes il s'est montré supérieur ; dans toutes il a laissé des oeuvres ; et c'est par l'originalité, la beauté dont ces oeuvres ont hautement témoigné, par la portée et le retentissement qu'elles ont eus dans le monde, que l'auteur, par dessus tout, est digne d'être jugé.
Né à Lyon, mais nîmois par l'adoption de sa toute enfance, le futur auteur de Sémiramis arrive au Comtat et à la Provence par le chemin du Rhône. Il y perçoit la beauté du plus doux des cieux, le charme d'une végétation heureuse et salue dans les vieilles pierres de Nîmes et d'Avignon cette antinomie du paganisme loitain et du catholicisme ardent auxquels il empruntera plus d'un des thèmes de ses écrits.
Romancier aux idées vastes et générales, inspiré aux meilleures sources Joséphin PELADAN est encore un "essayiste" remarquable. Il a, en effet, dans deux séries d'oeuvres publiées sous ces titres : l'Amphithéâtre des sciences mortes, la Décadence esthétique, entrepris de ramener l'art, les lettres, la philosophie et la musique evrs un but plus noble que celui du naturalisme.
Nul plus que PELADAN n'offre, on le voit, un plus grand amour du beau sous sa forme esthétique. Épris de tout ce qui est élevé, respectueux de tout ce qui est grand, il traduit Wagner, restitue Eschyle, édite le Vinci, commémore Barbey d'Aurevilly et répond à Tolstoï. Un labeur si prodigieux n'a pas raison de son courage et c'est toujours d'un front serein, et de l'air décidé que Marcellin Desboutins lui a donné dans son beau portrait, que Joséphin PELADAN continue de penser, de rêver, d'écrire et d'espérer.

Joseph Aimé PELADAN est né à Lyon, le 28 mars 1858, fils d'Adrien, un homme de lettres, âgé de 42 ans, et de Joséphine VAQUIER, son épouse, âgée de 32 ans. Joseph Aimé épousera Adèle Constance Joséphine de MALET de ROQUEFORT, le 10 janvier 1896 à Paris VIIe, dont il divorcera, par jugement du 31 mai 1900 du tribunal civil de la Seine, avant de se remarier à Nîmes, le 21 février 1901 avec Christiana Pauline TAYLOR.
Louis Adrien PELADAN, directeur du pensionnat Saint-Louis à Nîmes, né au Vigan le 8 septembre 1815, domicilié à Nîmes, fils de Jacques, décédé le 26 mai 1839, et de Marie QUINTARD, décédée le 26 mai 1835, s'est marié à Nîmes, le 2 août 1843, avec Joséphine VAQUIER, née à Congénies le 4 janvier 1823, domiciliée à Nîmes avec ses parents, fille de Pascal et de Rose RENNEAU, propriétaires.
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut