Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
signes effroyablesA la bibliothèque de Nîmes, on trouve un petit recueil intitulé "Les signes effroyables nouvellement apparus en l'air sur les villes de Lyon, Nismes, Montpellier et autres lieux circonvoisins au grand estonnement du peuple", portant comme année de référence 1621.
Une vingtaine de pages dans lesquelles l'auteur, précurseur des nombreux écrivains et pseudo-scientifiques à l'imagination débridée de notre époque, après une longue introduction, se perdant dans divers signes et présages observés au cours des siècles, rapporte plusieurs phénomènes observés en cet automne dans les villes de Lyon, Nîmes et Montpellier, concluant son ouvrage en prédisant l'aide du grand Dieu des armées auprès de l'armée de sa Majesté !
Les amateurs d'Illuminati, Code da Vinci, complots planétaires et observateurs d'OVNI, verront sans doute dans ces descriptions confirmation de leurs hypothèses ... Quelques articles trouvés sur internet tendraient à le prouver. Les autres s'interrogeront sur la pertinence d'une météorite traversant notre ciel françois ...

La nuict du 12 octobre dernier sur les huict heures du soir ou environ, n'ayant pour lors aucune clarté de lune estant à son dernier cartier, l'air outre nature commença à s'esclaircir du costé du Levant, et continuant une heure et demie ou environ, le temps se rendit aussi clair et net qu'il fait aux plus beaux jours de l'Esté, ce qui donna un grand estonnement aux habitans de Lyon, la plus grande partie d'iceux regardant en l'air, aperceurent des choses du tout estranges et hors le cours de nature.
Scavoir sur la grande place de Bellecourt virent comme une grande montaigne, que la quelle estoit la figure d'un Chasteau, duquel sortoient force esclairs qui donnoient de tous costez et perdoient leurs lumieres à un instant, et ceste figure de Chasteau se consommoit à mesure que cesdits esclairs en sortoient ; cela sembloit couvrir tout le cartier de la porte du Rosne, de Sainct Michel, la riviere de Saone et donner jusques au faux-bourg de Sainct George.
Du costé de la place des Terreaux il fut veu (par plus de quatre cens personnes) en l'air, comme la forme d'un bataillon de gens d'armes à cheval, à la teste desquels il y avoit une Estoille fort lumineuse, qui sembloit les conduire, la quelle estoit plus grande et plus claire que celles que l'on voit ordinairement au Ciel.
Cette Estoille comme un second Soleil faisoit dissiper devant elle tous les nuages, qui se presentoient de diverses figures, et sembloient à voir, vouloir ternir sa clairté, mais estant surmontez par sa grande lumiere perdoient entierement leurs figures et ne paroissoient plus.
Toute la ville et lieux circonvoisins furent couverts ceste nuict et autres ensuivant de diverses signes et prodiges, comme lance de feu ardant, qui sembloient venir du costé du faux-bourg de la Guillotiere, les quelles s'approchant du Pont du Rosne se dispersoient et ne paroissoient plus, et cela dura jusques au lever du jour.
Sur la ville de Nismes, qui est une des belles Citez et marchande ville du Languedoc, à demye journée du Rosne, et assez pres de la Mer du Levant il se vit à mesme temps cy devant nommé par les habitans de la dicte ville, principallement la nuict du treziesme du dit mois environ neuf à dix heures du soir, sur l'Amphitheatre comme un grand Soleil fort resplendissant, lequel estoit entouré d'un nombre d'autres flambeaux lumineux, et sembloit vouloir cheminer droit sur la Tour Romaine, que l'on appelle la Tout Magne, sur la quelle il paroissoit comme des chariots en feu tout entouré d'Estoilles fort esclairantes.
Il parut aussi d'autres Signes tant sur le Capitole que sur le Templs, les quels sembloient couvir toute la ville, ce qui estonna grandement tous les habitans de la dicte ville et autres des lieux circonvoisins.
Sur la ville et Cité de Montpellier, ville apres Paris l'une des plus renommées de l'Europe pour la profession de Medecine, commença à paroistre sur icelle quantitez de flambeaux ardents en forme de torches, de la lumiere desquels sortoit nombre comme de lances de feu qui alloient de part et d'autre : ceste façon de faire dura depuis les neuf à dix heures de nuit jusques à trois heures du matin, que s'apparut une grande et lumineuse Estoille avec une longue queuë, d'autres petites Estoilles, les quelles sembloient faire dissiper une grosse Nuée mesleee de diverses esclairs qui la vouloit comme couvrir et empescher sa clarté, ce qui dura jusques au lever du jour au grand estonnement du peuple.

Illustrations depuis Gallica : observation de la comète de 1682 par Cassini
logo geneanaute
Portail généalogique
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut