Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
paleo1J'avais écrit il y a quelques mois un billet concernant la paléographie et reportant les difficultés rencontrées par les généalogistes face à de nombreux actes d'ancien régime, plus particulièrement. Car, comme déjà exprimé, une connaissance de la graphie des lettres du Moyen Âge, un bon dictionnaire et quelques notions de latins pouvant suffire à déchiffrer les chansons de nos troubadours et trouvères, il n'en est pas de même des écritures des notaires, curés et autres juges de l'Ancien Régime.
Il est vrai que j'exprimai plutôt une reconnaissance des mots au travers d'une mémorisation de blocs de texte, de type d'écriture, me référant un peu à la lecture globale. Une réalité et une méthode empirique pouvant convenir à deux actes de baptêmes un peu compliqués à lire, à un acte de mariage alambiqué ou à un testament dont on connaît presque tous les tenants et aboutissants, mais absolument pas à une lecture de tous les actes.
Je suis donc retourné à l'école ... et j'ai recommencé à reconnaître les lettres, à réapprendre les associations de caractères fort différentes des nôtres, à apprendre par coeur des abréviations, des notes tironiennes et des tournures de phrases "normales" dans l'époque.
Bilan de l'opération en cours : ça marche. Il faut s'accrocher, lire, relire et encore lire, diversifier les actes, prendre connaissance d'un ensemble, lire parfois lettres après lettres, aller LENTEMENT, ne pas anticiper. Et, petit à petit, on arrive à comprendre qu'il ne s'agit pas de "Marie viguier de monsieur André" mais "Marie veuve de monsieur André", cela vous change grandement la compréhension de votre texte ! On peut ainsi se repencher sur des actes laissés de côté parce qu'incompréhensibles à l'époque et qui, dorénavant, révèlent des informations, des détails passés totalement inaperçus.
Je continue à dire que prendre possession d'un ensemble scriptural est déterminant, se baigner de l'ambiance et de la façon d'écrire du scribe est important. Une lecture, même en ignorant la signification d'un grand nombre de mots est importante ; on s'aperçoit qu'en lisant difficilement au début la compréhension vient plus facilement au fur et à mesure de l'avancement. Mais l'interprétation et la supposition doivent absolument passer au second plan, tant que le mot n'est pas reconnu et lu, s'il faut lettres à lettres, parfaitement. Une phase d'apprentissage par coeur de ces lettres, de ces abréviations est donc indispensable ; les lettres ne sont pas si nombreuses que ça, le principe d'écriture est toujours le même, seules changent la graphie, la rapidité d'écriture, la détérioration du document ...
La paléographie est vraiment une part importante de la généalogie, non seulement par le fait de pouvoir lire et comprendre des documents anciens, mais aussi par la patience et la rigueur à apporter à l'une comme à l'autre.
logo geneanaute
Portail généalogique
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut