Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
ccc 001Inscrire des dates dans une généalogie, c'est un moment privilégié, le fruit d'une recherche et d'un travail minutieux aboutissant à une plus grande connaissance des personnages. La date, pour tous les généalogistes, est un repère, voire même le but de toute recherche : "à quand es-tu remonté ?".
Et puis, il y a des dates pour lesquelles vous n'avez rien demandé, des dates qu'hélas vous ne pouvez absolument pas maitriser. Et s'il y a un exercice que je déteste c'est bien celui-là : porter dans ma généalogie une date qui est celle de la veille, une date qui correspond à un proche, un parent.
Ces jours-ci vient de disparaître à l'âge de 63 ans un cousin laissant en moi une vague de souvenirs de gentillesse, de partage et de simplicité depuis des moments d'enfance passés dans ce Morvan si porteurs de mémoire jusqu'à des années plus récentes où nous avions pu nous rencontrer quelques fois.
La généalogie est bien une histoire qui permet de retrouver des racines familiales, la vie en fait perdre certaines autres.
Il faudra écrire cette date dans les généalogies, mais derrière ces quelques chiffres, je mettrai beaucoup plus qu'un moment ayant brutalement interrompu la vie d'une personne que j'appréciais beaucoup.
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut