Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
cuisine pieceÉmile DUMONT, dont nous avons déjà parlé et publié les recettes de cuisine, propose dans son manuel "La bonne cuisine, manuel économique et pratique (ville et campagne), avec plus de deux cents gravures", 1873, une certaine idée de la cuisine.

Son but, tout avant de la première partie est d'"enseigner à faire bien, en dépensant le moins d'argent possible, par les procédés les plus simples".
Et pour cela, avant même de montrer comment préparer, accomoder au travers de nombreuses recettes, il nous incite à nous préoccuper de la pièce cuisine et d'une certaine hygiène.

Plus de cent ans après, voici donc les précisions quant à l'organisation de cette pièce, capitale dans une maison :

La cuisine la pièce où l'on fait la cuisine, et qui elle-même porte le nom de cuisine, doit être - ceci dit pour les gens qui seraient dans l'intention de bâtir - d'assez grande dimension, avoir tout à proximité, un office pour conserver et serrer les provisions et un endroit pour laver la vaisselle.
Elle doit avoir un buffet, des planches et des installations pour les casseroles et la vaisselle.
En plus, comme complément du strict nécessaire, une table et un chouquet.
Une cuisine a le droit d'être petite, mal disposée, elle était ainsi et on la laisse telle qu'on l'a prise, mais elle n'a pas le droit d'être sale et en désordre. Elle doit être tenue avec le plus grand soin.
Que chaque objet soit remis en place chaque jour, les casseroles, la vaisselle, etc., tout cela bien clair, bien net, bien essuyé.
Tous les soirs, le fourneau sera nettoyé avec soin. Il le sera dans la journée à chaque accident.
Les travaux terminés, on ouvrira les fenêtres, afin de renouveler l'air et de chasser les mauvaises odeurs.
Tous les soirs la pierre sur laquelle on lave la vaisselle, et qu'on appelle pierre à évier ou simplement palle, sera lavée à l'eau chaude.
Une fois par semaine il sera fait un graud nettoyage. Tous les ustensiles, même ceux qui ne servent pas habituellement, seront passés en revue et nettoyés. On nettoiera les vitres avec de l'eau et de l'eau-de-vie ; les planches avec de l'eau et du savon au moyen d'une brosse ; les tables de même si elles sont trop engraissées on se servira d'un peu de potasse. On ôtera les toiles d'arnignée, etc. On terminera en lavant le carrelage, mais l'hiver pas à trop grande eau car on risque d'amener de l'humidité et de le faire souffler. On frotte avec une brosse, et l'on éponge. On ouvre les fenêtres toutes grandes afin de faire bien sécher. Puis on remet tons les objets à leurs places.
Les souris et les mouches. Il y a deux sortes d'animaux, hôtes incommodes des cuisines: les souris et les mouches. Je conseille les souricières pour les premières. Pour les autres employez de petites bouteilles que vous emplirez d'eau miellée où les mouches viendront se noyer, ou bien encore des verres pleins à moitié d'eau de savon très épaisse et que vous couvrirez d'un carton percé d'un trou au milieu et enduit au-dessous d'un peu de miel. Les mouches entrent par le trou et ne tardent pas à tomber dansl'eau de savon. Je suis tout à fait opposé à l'emploi de tout autre moyen, surtout à celui de la poudre vulgairement appelée mort-aux-mouches car les mouches empoisonnées peuvent tomber dans les mets et les rendre malfaisants.

note : le chouquet est un gros billot de bois. Le terme est souvent employé pour désigner le billot de bois qu'utilise le bourreau pour la décapitation. C'est aussi une pièce de bois qui sert à relier deux mâts.
Gallica GALLICA
Geneanet
GÉNÉANET
Google
GOOGLE
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut