Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
darboux"Le temps n'est plus où le travail scientifique pouvait rester morcelé, où l'oeuvre du savant, du lettré était celle d'un solitaire enfermé dans son cabinet. La science se mêle à tout aujourd'hui, les Académies et les Universités même ne lui suffisent plus. Pour accroître son domaine ou pour répandre ses bienfaits, elle a pénétré dans les usines et dans les laboratoires industriels, dans la maison de l'ouvrier, dans la chaumière du paysan."
Cette introduction de M. Darboux à l'une de ses nombreuses interventions reflète le caractère et la pensée de ce Nîmois, secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences.

MARIANI, chimiste originaire de Pero-Casevecchie en Corse, fut le célèbre inventeur d'une boisson tonique, "Vin Mariani", à base de vin et de feuilles de coca qui eut un énorme succés en Europe de la seconde motié du 19ème siècle aux années 30.
En parallèle, MARIANI crée une véritable publicité basée sur les bienfaits de sa boisson loués par les plus grandes figures contemporaines du siècle : ce sont les fameux albums MARIANI.
Ces albums présentant une biographie, un portrait et un autographe sur les mérites du vin de MARIANI sont un plaisir à feuilleter en découvrant les images de ces personnages célèbres, leur écriture.

Dans le tome n°12, l'article présente un homme illustre dont le nom évoque plus, de nos jours, un lycée qu'un mathématicien, dans l'esprit de nos jeunes Nîmois.

M. Darboux, après de brillantes études au lycée de Nîmes, fut reçu le premier à la fois à l'école polytechnique et à l'Ecole normale. Il opta pour l'École normale, car il sentait déjà se développer en lui ce goût du professorat vers lequel l'entraînait son prosélytisme scientifique. Il fut reçu premier agrégé, à sa sortie de l'Ecole, et deux ans après il soutenait avec éclat une thèse sur les surfaces orthogonales qui lui valait le titre de Docteur ès sciences mathématiques et l'honneur d'être choisi par Joseph Bertrand comme suppléant dans son cours au Collège de France, pendant l'année 1866-67.
M. Gaston Darboux, après avoir été professeur de mathématiques spéciales, maître de conférences à l'Ecole normale, suppléait, à la Sorbonne, Liouville dans son cours de mécanique rationnelle, et remplarait définitivement M. Michel Chasles dans sa chaire de géométrie supérieure. Il fit preuve dans tous ces cours d'une sobre et précise éloquence, d'une violente passion scientifique, et d'une clarté à laquelle n'était pas étrangère son esprit de culture latine.
Lauréat de l'Académie des Sciences pour ses prix les plus importants M. Darboux succédait, le 3 mars 1884, à Victor Puiseux dans la section de géométrie de l'Académie des Sciences. Appelé au  Conseil supérieur de l'Instruction publique, et, bientôt après, à la Section permanente du Conseil supérieur,  il a pris part à la discussion de la réforme de l'enseignement où ses avis ont souvent prévalu. M. GASTON DARBOUX a présidé à l'organisation des études scientifiques préparatoires à la carrière médicale, à l'installation de la Faculté des Sciences dans ses nouveaux locaux de la Sorbonne, et à la réorganisation complète des études de licence et de doctorat.
Il fut élu, en 1900, secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences. Malgré sa grande puissance de travail, il a été obligé d'abandonner ses fonctions de doyen et de membre du Conseil supérieur de l'Instruction publique. On y regretta son activité, son intelligence pratique, son sens inné de la haute pédagogie.
On peut voir que M. GASTON DARBOUX a suivi les traces de son compatriote J.-B. Dumas, et que, dans l'ordre des sciences mathématiques, comme professeur et comme organisateur, toujours désigné par les suffrages de ses collègues, il a bien mérité cet éloge de M. Paul Appel :  "Le nom de DARBOUX restera attaché à l'histoire de la Faculté dans une place exceptionnelle"

Gaston DARBOUX est né à Nîmes, le 14 août 1842. Issu d'une famille de négociants et bouchers nîmois, il collectionnera les titres, appartiendra à la plupart des académies du monde entier, rédigera un nombre important d'ouvrages et de mémoires sur la géométrie, la physique mathématique, l'astronomie, la mécanique. Jean Gaston DARBOUX est décédé le 23 février 1917, à Paris. Le frère de Jean Gaston, Jean Louis, sera professeur de mathématiques et proviseur du lycée de Nîmes.
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut