Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
bouillagues cartevecheExtraits du Dictionnaire topographique du département du Gard, les lieux, hameaux, mas de la commune de Bouillargues relevés par Eugène GERMER-DURAND (1812-1880)
Paris : imprimerie impériale 1868
Sous les auspices de l’Académie du Gard

BOUILLARGUES, Canton de Nîmes
- Bulianicus, 916 (cartulaire de ND de Nîmes, ch 67)
- In terminium de villa Bolianicus, in territorio civitatis Nemausensis, 927 (cartulaire de ND de Nîmes ch 89)
- Villa quoe vocatur Bulianicus, in comitatu Nemausense, 1060 (cartulaire de ND de Nîmes ch 88)
- Bollanicae, 1100 (chapitre de Nîmes AD)
- Ecclesia de Bollanicis, 1156 (cartulaire de ND de Nîmes, ch 84)
- Decimaria Sancti-Felicis de Bollanicis, 1172 (Layette du Trésor des chartes t1 p 104)
- P. de Boillanicis vulgariter appellatum, 1277 (Mén I p 103 c1)
- Villa de Bollanicis, 1310 (Ménard p 163 c1)
- Ecclesia de Bolianicis, 1386 (répartition du subside de Charles VI)
- Locus de Bolhanicis, 1400 (Ménard III p 150 c2)
- 1405 (Ménard p 190 c2)
- 1420 (J. Mercier notaire Nîmes)
- Bolhargues, 1479 (la Taula del Possessori de Nismes)
- Le prieuré de Sainct-Félix de Bolhargues, 1555 (chapitre de Nîmes, AD)
- Bouillargues, 1706 (AD G 206)
Avant 1790, Bouillargues faisait partie intégrante du taillable et du consulat de Nîmes : voilà pourquoi il ne figure pas dans le denombrement de la sénéchaussée fait en 1384. On y comptait 16 feux à l’époque de l’assise de Calvisson, c’est à dire en 1322. En 1744, Ménard donne à Bouillargues 110 feux et 460 habitants. La haute et basse justice de Bouillargues, excepté deux portions du ban réservées aux consuls de Nîmes, appartenait au seigneur de Manduel. Le prieuré simple et séculier de Saint Félix de Bouillargues, uni à la mense capitulaire de Nîmes valait 1200 livres ; il avait pour annexe le prieuré rural de Saint-Denys de Vendargues.

ARGILIQUIÈRE (L’), carrière de sable argileux pour les tuileries, commune de Bouillargues
- Ad Argilarios, 920 (cartulaire de ND de Nîmes ch 14)
- Arigilio, 943 (cartulaire de ND de Nîmes ch 14)
- Ad Crosum de Na-Rosolza, 1380 (compoix de Nîmes)
- L’Argiliquieyre, 1479 (la Taula del Possessori de Nismes)
- La Jaliquieyra, 1503 (archives hospitalières de Nîmes)
- Cros de la Rousse Largeliquière, 1671 (compoix de Nîmes)
- Troulhet, si(v)e Grimaudy, 1730 (papiers de la famille Séguret archives hospitalières de Nîmes)

BELLEVUE maison de campagne, commune de Bouillargues
- Bellecoste, 1789 (carte des États)

BOURGES ferme, commune de Bouillargues
- Ad ipso Burgo, 941 (cartulaire de ND de Nîmes ch 50)
- Bourgas, 1127 (chapitre de Nîmes AD)
- La Buerga, 1380 (compoix de Nîmes)
- La Burguo, 1479 (la Taula del Possessori de Nismes)
- Boargas, 1648 (archives hospitalières de Nîmes)
- La Burgue, 1671 (compoix de Nîmes)

CONDAMINE (LA) ferme commune de Bouillargues
- Condomina, 1252 (Cartulaire de Saint-Sauveur-de-la-Font)
- Condamina Sancti-Baudilii, 1380 (compoix de Nîmes)
- Les Condamines, 1671 (compoix de Nîmes)

COSTILLE (La) ferme commune de Bouillargues
- La Costilha, 1380 (compoix de Nîmes)
- Costille, 1479 (La Taula del Possessori de Nismes)
- La Coustille, sive la terre de Saint-Bauzile, 1671 (compoix de Nîmes)
- Saint-Blaize, sive Peleloup, 1739 (papiers de la famille Seguret, archives hospitaluères de Nîmes)
- Mas de la Costille, 1825 (notariat de Nîmes)
- La Coustelle, 1827 (notariat de Nîmes)
[la Castille sur la carte de Cassini 1772]

FABRÈGUE (La), hameau commune de Bouillargues

FONT-DE-BOUILLARGUES, source commune de Bouillargues
- Font de Massilhac, prope Bolhargues, 1479 (la Taula del Possessori de Nismes)
- La Ryeire-de-Massillac, 1671 (compoix de Nîmes)

FONT-GARONNE, source commune de Bouillargues

LAPIERRE, ferme commune de Bouillargues

MAS-BEAU, ferme commune de Bouillargues
- Mas de Baud, 1671 (compoix de Nîmes)

MAS-DE-COULOMB, ferme commune de Bouillargues

MAS-MAILHAN, ferme commune de Bouillargues

MAS-PARAU, ferme commune de Bouillargues

MASSILLAC, lieu ajourd’hui détruit, commune de Bouillargues
- Villa que vocant Marceglago, 941 (cartulaire de ND de Nîmes ch 50)
- Marciliachum, 1146 (Histoire Languedoc II col 514)
- Marcellacum, 1146 (Histoire Languedoc II col 515)
- Marsillacum, 1200 (chapitre de Nîmes, AD)
- Massilhac, 1479 (la Taula del Possessori de Nismes) ; 1548 (AD C 1770)
Massillac existait encore en 1744 ; on y comptait alors 20 feux et 70 habitants. Il dépendait de la paroisse de Bouillargues. C’était un petit fief, dont la justice appartenait, ainsi que celle de la Costille, à la maison de Calvisson, qui, vers le commencement du XVIIIe siècle, l’inféoda à François Huc du Melret, conseiller au présidial de Nîmes. Celui-ci la vendit à son tour, vers 1750, à Guillaume Daunant, lieutenant laïc de la sénéchaussée de Nîmes.

MOULIN DE L’OBSERVANCE-DE-SAINT-GILLES, commune de Bouillargues
- 1695 (archives municipales de Nîmes)
- Moulin-Villard (carte géologique du Gard)

MOULIN DES MALADES, commune de Bouillargues, sur le Vistre
- Molendinus Infirmorum, 1380 (compoix de Nîmes)
- Molin des Malautes, 1479 (la Taula del Possessori de Nismes)
- Moulin des Malades, 1671 (compoix de Nîmes)
- Moulin de l’Hôpital, 1695 (archives municipales de Nîmes)
A toujours appartenu à l’hôpital de Nîmes.

SAINT-DENYS-DE-VENDARGUES, église rurale, aujourd’hui détruite, commune de Bouillargues
- Ecclesia de Sancto-Dionisio, 1156 (cartulaire de ND de Nîmes ch 84) ; 1210 (AD G 283)
- Sanctus-Dionisius de Vendranicis, 1380 (compoix de Nîmes)
- Ecclesia de Venranicis, 1386 (répartition du subside de Charles VI)
- Saint Dionisis, 1479 (la Taula del Possessori de Nisme)
- Sanctus-Dionisius de Vendranicis, 1539 (Ménard IV p 155 c a)
- Saint-Denys-de-Vendargues, 1547 (AD C 1768), 1706 (AD G 208 et 284)
Le prieuré simple et séculier de Saint-Deny-de-Vendargues était uni, comme celui de Saint-Félix de Bouillargues, dont il était l’annexe, à la mense capitulaire de Nîmes et valait, à lui seul, 1100 livres

TROIS-FONTAINES (LES), ferme commune de Bouillargues
- Trois Fonts, 1671 (compoix de Nîmes)

VENDARGUES, château et ferme de Nîmes
- Villa Venerinicus, in territorio civitatis Nemausensis, 924 (cartulaire de ND de Nîmes ch 53)
- Villa que vocatur Venranichos, 961 (Histoire de Languedoc I)
- Villa Veneranicus, 1024 (cartulaire de ND de Nîmes ch 32)
- Venranicae, 1102 (cartulaire de Psalmody)
- Villa de Vendranicis, 1110 (AD G 284)
- Via publica quoe discurrit de Caisanicis ad Vendranicas, 1114 (cartulaire de ND de Nîmes ch65)
- Venranegues, 1115 (cartulaire de Psalmody)
- Venranicoe, 1146 (Histoire de Languedoc II c 514)
- Honor quem tenet G., ad Venranicas, 1233 (chapitre de Nîmes AD)
- Mansus apud Vendranicas, 1380 (compoix de Nîmes)
- Ecclesia de Venranicis, 1386 (répartition du subside de Charles VI)
- Sanctus-Dionisiu s de Vendranicis, prioratus ruralis et sine cura, 1461 (registre copie de lettre royal E IV)
- La Teullière de Sainct-Dannys de Vendargues, 1533 (J URSY notaire de Nîmes)
- Cf Ménard II p 32
Vendargues était, en 1322, une des dépendances dont le seigneur de Manduel avait la haute et basse justice. Les consuls de Nîmes y possédaient une portion du ban. Le domaine de Vendargues a été plus tard inféodé à des particuliers. Au XVIIe soècle, il était possédé par une famille nimoise du nom de Richard.

VISTRE (LE), fleuve qui prend sa source sur la commune et tout près du village de Bezouce, puis traverse la commune de Saint-Gervasy, Marguerittes, Nîmes, Bouillargues, Milhau, Bernis, Aubord, Uchau, Vestric-et-Candiac, Vauvert, le Caylar et Saint-Laurent-d’Aigouze, et se jette dans le canal de la Radelle près de la ferme de Vire-Ventre, commune d’Aigues-Mortes.
- Fluvius quem vocant Vister, 941 (cartulaire de ND de Nîmes ch 50)
- Vister, 1063 (Cartulaire de Psalmody)
- Fluvius Guistre, 1078 (cartulaire de ND de Nîmes ch 106)
- Aqua quoe vocatur Vister ; flumen Vistri, 1112 (cartulaire de ND de Nîmes ch 74)
- Bizangui (sic), 1209 (cartulaire de Psalmody)
- Vistre, 1261 (Ménard I p 86 c1)
- Vister fluvius, 1398 (Ménard III p 148 c2)
- Le Vistre, 1557 (chapellenie des Quatre-Prêtres, archives hospitalières de Nîmes)

VISTRENQUE (LA), on appelle ainsi la plaine au dessous de Nîmes, arrosée par le Vistre
- Territorium de Vistrenca, 1538 (Gallia Christiana VI instrumenta colonne 206)

CHEMINS ANCIENS CONNUS AU MOYEN ÂGE
* Chemin de Nîmes à Arles
- Via Arlatensis, 923 (cartulaire de ND de Nîmes ch 24)
- Iter Arelatense, 1380 (compoix de Nîmes)
- Pont-d’Arle, sur lo camin d’Arle, 1479 (la Taula del Possessori de Nismes)
- Le chemin d’Arles, 1671 (compoix de Nîmes)
Ce chemin se dirigeait par Bouillargues, Bellegarde et Fourques.
* Le chemin de Canaux
- Iter de Canals ; iter de Quanals, 1380 (compoix de Nîmes)
- Iter de Canals, 1400 (Ménard III p 148 c2)
- Lo camin de Canalz, 1479 (la Taula del possessori de Nismes)
- Lo camin de canaux, 1557 (chapellenie des Quatre-Prêtres, archives hospitalères de Nîmes)
- Vie Crose ; carriere Crose, 1594 (compoix d’Aubord)
Ce chemin suit presque constamment le cours du Vistre, de Cabrières au Caylar, et traverse les communes de Saint-Gervasy, Marguerittes, Manduel, Bouillargues, Milhaud, Aubord et Vauvert

à noter : Bouillargues est une ferme de la commune de Sumène

Layette : tiroir d’armoire où l’on serre des papiers, classement à l’intérieur du Trésor des Chartes
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut