News
illus 048Je suis littéralement sidéré lorsque je lis les propos calomnieux d'une personne ayant essayé un programme de généalogie différent du sien et hurlant de la perte de ses données ! Tout autant d'ailleurs que ces milliers de personnes réclamant à grands coups de messages vindicatifs une somme d'actes, non négligeable, pour commencer, finir ou compléter leur généalogie ... Mais quelle est cette espèce de personnes, ignorante et exigeante, s'insurgeant de mauvais traitements qu'ils s'adressent et dissertant sur des sujets qu'ils ignorent ?
- Mais ce sont les nouveaux branchés ma brav'dam ! Ceux qui se jettent à l'eau avant de savoir nager et engueulent le maître naguer qui ne fait pas son métier, ceux qui souhaitent un monde meilleur qu'ils sont incapables d'imaginer !
Bref, les outils mis à notre disposition se transforment en piège mortel à la place de rendre service et d'échanger nos savoirs. Sachons donc tous qu'il est inconcevable de perdre des données sur un long terme, qu'il est ridicule de se targuer de la nullité d'un logiciel ayant abîmé votre fichier le plus précieux. Les moyens de sauvegarde de vos précieuses données sont nombreux, du disque dur externe, à la clé USB, en passant par le DVD, le Cloud ou le stockage en ligne ; interrogez votre moteur de recherches favori, il vous donnera plusieurs pistes. Un conseil toutefois, essayez d'être précis dans vos demandes de recherches et d'y apporter quelques mots clés bien choisis, d'éviter les fautes d'orthographes (voir http://www.cnrtl.fr/) et de vérifier le contenu de l'adresse web (ce qui suit le http:). Attention toutefois, si la phrase précédente provoque en vous une répulsion déjà rencontrée sur Internet, essayez de passer à l'aquariophilie, vous n'en tirerez que du bénéfice ; sinon, si vous souhaitez comprendre et approfondir, mes services sont à votre disposition.

illus 015Relaté dans plusieurs journaux de l'époque, le récit qui suit, emprunté au Petit Journal du 23 juillet 1865, vaut son pesant de mots :

A la bonne heure ! Voilà deux jeunes gens qui ont trouvé à innover en matière de mariage.
Pour dresser leur contrat ils n'ont pas eu recours au notaire ; ils l'ont fait eux-mêmes. Et quel contrat !

Art. 1er. Nous aimant et nous connaissant assez pour être certains que l'un de nous deux ne peut être heureux que par l'autre, nous nous unissons pour vivre toujours ensemble en bons époux.
Elle sera moi et je serai elle ; il sera moi et je serai lui.
Art. 2. (C'est Jules qui parle.)
Je promets à Sophie de consacrer toutes mes pensées, tous mes travaux, tout mon être, à la faire subsister avec probité et décence, elle et les enfants qu'elle me donnera.
Art. 3. (C'est Sophie qui répond.)
Je promets à Jules de contribuer avec lui à préserver notre mariage de la gêne et du besoin ; pour cela je me ferai de l'ordre une habitude et de l'économie un devoir.
Art. 4. (Jules.) Je me dépêche d'avouer que je suis quelquefois emporté et violent dans mes mouvements de colère ; je demande grâce pour le premier moment.

illus 044Le terme est très utilisé dans le domaine de l'informatique et des nouvelles technologies ; le troll moyen, voire le débutant quelquefois, l'expert ramenant tout à la fin du monde, l'utilisent régulièrement pour démontrer - ou au moins vous provoquer - que votre activité est inutile parce qu'elle vous prend beaucoup trop de temps. Quant aux têtes bien pensantes, c'est à grand renfort d'études scientifiques menées aux quatre coins de la planète qu'ils vous prouvent que votre activité est chronophage.
En clair, on vous dit que tout ce que vous faites prend du temps !
Depuis Fernand Raynaud et le refroidissement d'un certain canon, on n'avait pas fait mieux !
Personnellement, et en dehors de l'activité informatique, je trouve que la visite chez mon médecin est très chronophage, quant à la pêche à la ligne, je ne vous dis pas !
Mais alors, pourquoi cette vindicte autour de l'ordinateur et de sa non assistance à personne en plein stress horaire ? Notre activité prend du temps, oui, et alors ? Jusqu'à présent, il faut toujours un "certain temps" pour réaliser une quelconque manipulation, l'interrogation devrait plutôt viser ce "certain temps" que l'obligatoire chronophagie en dépendant.
Notre domaine, la généalogie, n'échappe évidemment pas à cette règle. Et ce qui est chronophage ici l'est aussi dans de nombreuses autres activités : le manque de connaissances. Se former avant d'entreprendre, apprendre à se servir des outils, connaître le maximum de ressources, savoir utiliser correctement un logiciel, s'entourer de personnes compétentes, sont autant de bonnes pratiques qui, bien que chronophages, facilitent la tâche et réduisent les temps de travail.

illus 039Nous vivons un monde de communication formidable !
Et les généalogistes de s'esbaudir devant la prochaine mise en ligne des archives du Jura. Chouette ! A condition toutefois que la commune recherchée fassent partie des heureuses élues !
Et nos toujours gentils généalogistes de tirer à boulets rouges sur le Gard, mauvais élève. Pourtant, comparé à d'autres départements qui osent dire que leurs archives sont en ligne, le Gard offre un bel ensemble sur le web. Certes les Archives Départementales ne proposent que les registres matricules pour quelques années, bien indexés, mais le site Brozer est une véritable mine d'actes pour le chercheur ayant des ancêtres dans le Gard.
Chauvin certes, mais réaliste aussi, je ne mets pas le Gard dans les dernières positions pour la disponibilité de documents. Si notre voisin l'Hérault fait preuve d'une magnifique mise en ligne de nombreux et variés documents, que notre Lozère amie s'est dotée de beaux outils ainsi que les nombreux départements voisins, on aura bien du mal à trouver quelque chose dans certains coins et époques de la Gironde, du Finistère, des Hautes-Pyrénées, du Gers, de la Seine-Saint-Denis, du Jura, de la Moselle, de la Haute-Savoie, du Doubs ou de la Réunion. Certains de ces départements ne se préoccupant absolument pas de la majorité de leur clientèle, les généalogistes, et mettant en ligne des documents, d'un intérêt certain pour l'archiviste et d'une plus que relative attention desdits généalogistes. Il est plus facile de faire des recherches en ligne dans le Gard que dans la plupart de ces départements.

Gallica GALLICA
Geneanet
GÉNÉANET
Google
GOOGLE
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut