Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
Le Siècle du 28 décembre
Deux gendarmes des Alpes-Maritimes, de Nice, viennent de donner un bien bel exemple d’humanité.
Le 18 novembre dernier, dit le journal de Nice, les gendarmes VANDEPITTERIE et CASANOVA, de la brigade de Guillaumes, de la brigade de Guillaumes, se trouvant en tournée à Beuil, apprirent qu’un jeune homme de vingt-six ans, Louis DAHON, atteint depuis plusieurs jours d’une fièvre pernicieuse ayant le caractère typhoïde, vivait seul, dans un bouge infect, abandonné de tous, à l’exception d’une vieille femme qui lui portait un peu de nourriture matin et soir, et que ce malheureux gisait nu sur la paille, en proie à toutes les souffrances de l’isolement et de la maladie.
Ils surent, en outre, que la mère de ce malheureux était morte un mois avant, du même mal, dans le même bouge, sur le même grabat, et que sa sœur venait également de succomber aux suites du typhus dans une maison écartée que personne n’osait aborder, la population de Beuil étant sous le coup d’une terreur indicible.
Sans hésiter, les deux gendarmes se rendent au domicile de la morte ; et, aidés de M. BAILON, maire de Beuil et du sieur DONADEY Angelin, dont le zèle, en cette circonstance, n’a pu réagir contre la pusillanimité de la plupart de leurs concitoyens, ils la transportent dans une chapelle. A la vue du cadavre, les habitants ferment leurs portes, calfeutrent leurs fenêtres pour échapper aux émanations pernicieuses. – La panique est à son comble !
Cette première opération terminée, VANDEPITTERIE et CASANOVA aèrent, désinfectent, assainissent du mieux qu’ils peuvent la chambre et préparent le lit de la sœur morte pour y déposer le frère agonisant. Mais, pour arriver jusqu’à Louis DAHON, il faut passer par l’étable, - un cloaque, - et pénétrer par une trappe étroite, obscure, seul orifice du réduit. A l’aide d’une échelle vermoulue, édentée de plusieurs échelons, ils atteignent le soupirail. Là, un spectacle navrant, indescriptible, s’offre à leurs yeux : sur une litière immonde, ils voient le malheureux DAHON accroupi, nu, ne donnant pour ainsi dire plus de signe de vie. Il faut le tirer de là. Avec des précautions infinies, VANDEPITTERIE charge cette masse inerte sur son dos, et, passant doucement à reculons par l’unique issue du bouge, il transporte DAHON, avec l’aide de CASANOVA, suivi du maire et de DONADEY, dans la maison de la défunte, l’installe dans le lit muni de draps propres, où l’on peut dans de bonnes conditions lui prodiguer les premiers soins que son état désespéré réclame.
Cela fait, nos deux gendarmes, ne croyant pas leur tâche entièrement finie, - car ils connaissent le dénuement absolu du pauvre malade, - ouvrent immédiatement une souscription, en s’inscrivant les premiers pour un franc chacun, et recueillent ainsi une somme de 43 fr. 65 c., qu’ils déposent entre les mains du curé, puis ils se dérobent à la reconnaissance des habitants, et retournent à leur résidence tout simplement comme si l’acte admirable de dévouement et de charité qu’ils viennent d’accomplir leur était commandé par leur service.

L’enquête généalogique :
Marie Catherine DAHON, cultivatrice, âgée de 31 ans, domiciliée et née à Beuil (Alpes-Maritimes), fille des défunts Louis et Marie Angélique LOMBARD, est décédée à Beuil, le 18 novembre 1865.
Marie Angélique LOMBARD, cultivatrice, âgée de 57 ans, domiciliée et née à Beuil, fille des défunts Honoré Joachim et Marie Catherine DAHON, veuve de Louis DAHON, dit Touné, est décédé à Beuil, le 2 septembre 1865.
Louis DAHON, fils de Louis, propriétaire cultivateur, et d’Angélique LOMBARD, est né à Beuil, le 11 décembre 1839.
Louis DAHON, fils d’Honoré, et de défunte Marie Elisabeth ROBION, s’est marié à Beuil, le 14 mai 1833, avec Marie Angélique LOMBARD, fille d’Honoré Joachim, et de Marie Catherine DAHON.
Louis DAHON, propriétaire et cultivateur, âgé de 41 ans, domicilié et né à Beuil, fils des défunts Honoré et Marie ROBION, époux de Marie Angélique LOMBARD, est décédé à Beuil, le 21 décembre 1846.

Support : BNF Gallica, AD des Alpes-Maritimes, Géoportail
logo geneanaute
Portail généalogique
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px