Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
Le Constitutionnel du 16 décembre
Un assassinat a été commis avant-hier pendant la nuit, au lieu-dit Malasssis, commune de Marigny, arrondissement d’Etampes.
La veille du crime, un homme et une femme s’étaient présentés à la ferme du sieur HAUTEFEUILLE, cultivateur, exploitant la ferme de Malassis ; ils avaient demandé l’hospitalité pour la nuit, ce qui leur fut accordé, et on les plaça dans une étable à vaches.
Le lendemain matin, vers cinq heures et demie, le sieur HAUTEFEUILLE, accompagné de sa femme et d’un domestique étant entrés dans cette étable pour traire les vaches, trouva la femme étendue sur le dos et ne donnant plus signe de vie ; il questionna l’homme qui avait couché près d’elle, mais celui-ci répondit vaguement et chercha à prendre la fuite.
Le sieur HAUTEFEUILLE s’arma d’un fusil pour le garder à vue, et fit prévenir les autorités et la gendarmerie qui se rendirent sur le théâtre du crime, accompagnées du docteur MURET.
La victime fut reconnue pour être la nommée Thérèse GÉRARD, âgée d’environ cinquante-six ans, née à Saint-Florentin (Eure-et-Loir), journalière à Auvers-Saint-Georges, arrondissement d’Etampes.
M. MURET ayant visité le cadavre, a constaté une blessure au-dessus du sein droit, faite avec un instrument pointu et tranchant qui a pénétré dans les poumons et a dû produire la mort presqu’instantanément.
L’inculpé, mis en présence de la victime, a nié être l’auteur de ce crime et a déclaré se nommer FONTAINE (Louis), âgé de 48 ans, né à Brié (Cher), être cantonnier à Neuilly-sur-Marne, route de Strasbourg, se rendant dans son pays pour voir son père ; mais il n’était porteur d’aucuns papiers pouvant justifier son identité.
Aucun instrument qui eût pu servir au crime n’a été trouvé en sa possession, mais ses mains, sa blouse et son oreille droite étaient tachées de sang. Le médius de sa main droite portait les traces d’une morsure récente, et il y a dû avoir lutte entre la victime et lui.
Les charges les plus accablantes pèsent sur cet homme, qui a été conduit par la gendarmerie à la maison d’arrêt d’Etampes.

L’enquête généalogique :
Marie Thérèse GÉRARD, célibataire, domiciliée à Auvers-Saint-Georges (Essonne), âgée de 58 ans, née à Rouvray-Saint-Florentin (Eure-et-Loir), est décédée chez Pierre Joseph HAUTEFEUILLE, âgé de 54 ans, cultivateur à la ferme de Malassis, commune de Morigny-Champigny (Essonne), le 12 décembre 1865.
Marie Thérèse GIRARD, fille de Benjamin, garde-champêtre, et de Marie Rose JUTEAU, est née à Rouvray-Saint-Florentin, le 1er octobre 1809.
Jean Benjamin GIRARD, journalier, domicilié à Rouvray-Saint-Florentin, âgé de 21 ans, fils de Martin et Catherine LEJEUNE, décédés à Rouvray-Saint-Florentin, s’est marié à Rouvray-Saint-Florentin, le 9 messidor de l’an 5, avec Marie Anne Rosalie JUTEAU, âgée de 28 ans, fille de Martin, décédé à Vitray-en-Beauce (Eure-et-Loir), et de Marie Jeanne ROUILLER.
Martin GIRARD, journalier, veuf, s’est marié à Rouvray-Saint-Florentin, le 19 mars 1767, avec Jeanne Catherine LEJEUNE, fille de Louis, bourrelier, et de Michelle MARIÉ, de la paroisse de Voves (Eure-et-Loir).

Support : BNF Gallica, AD de l’Essonne, AD de l’Eure-et-Loir, Geoportail, Geneanet, Gencom
logo geneanaute
Portail généalogique
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px