Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
La Presse du 24 novembre
Nous lisons dans le Messager du Midi :
La session du baccalauréat vient d’être marquée, à Montpellier, par un événement universitaire sans précédent dans notre Académie, et qui a excité le plus sympathique intérêt. Une jeune personne appartenant à une honorable famille de notre ville, Mlle Antonia CELLARIER, âgée de vingt ans, a été reçue, lundi dernier, bachelière ès lettres, après avoir brillamment subi les diverses épreuves de l’examen écrit et oral.
Sur vingt candidats, Mlle CELLARIER a obtenu le premier rang pour la version et le quatrième pour le discours latin. Sur dix admissions, elle a été classée en première ligne avec la mention Assez bien, pour l’obtention de laquelle la jeune candidate a dépassé le nombre des points exigés. Fille d’un officier de marine mort aux colonies, Mlle CELLARIER, couronne par un éclatant succès les études qu’elle avait faites sous la direction de son oncle, M. CELLARIER, avocat à Montpellier, et voit s’ouvrir devant elle des carrières presque exclusivement accessibles jusqu’ici au sexe qui n’a brillé qu’au second rang dans la lutte universitaire du 20 novembre. La réception de Mlle CELLARIER porte à quatre les diplômes de bachelière conférés depuis peu d’années à des aspirants du sexe féminin. Les trois autres admissions ont eu lieu à Lyon, à Bordeaux et à Alger.

L’enquête généalogique :
Antonia CELLARIER, fille de défunt Pierre CELLARIER, Enseigne de vaisseau, commandant le bateau à vapeur « Le Serpent », et de Marie Josephe de ALDACO, est née le 18 novembre 1844, à l’Île Saint-Louis (Sénégal).
Justin Émilien Félix CELLARIER, professeur de littérature, domicilié à Montpellier (Hérault), oncle de l’épouse, né à Bessan (Hérault), le 4 février 1823, fils de Jean, décédé à Montpellier, le 14 août 1852, et d’Antoinette Marianne JULLIAN, décédée à Montpellier, le 24 février 1863, s’est marié à Montpellier, le 26 juillet 1867, avec Antonia CELLARIER, domiciliée à Montpellier, née à L’Île Saint-Louis, le 18 novembre 1844, nièce de l’époux, fille de Pierre, Enseigne de vaisseau, commandant le bateau à vapeur « Le Serpent », décédé à l’Île Saint-Louis, le 8 novembre 1844, et de Marie Josephe de ALDACO, décédée à Pasajes (Espagne). Les époux procèdent d’un décret Impérial du 18 mai 1867 portant dispense de parenté en faveur des époux, expédié par le greffe du tribunal de première instance de Montpellier.
Pierre CELLARIER, Enseigne de vaisseau, commandant le bateau à vapeur « Le Serpent », né à Florensac (Hérault), le 30 mai 1810, fils de Jean, et de Marie Anne Antoinette JULLIAN, époux de Marie Josephe de ALDACO, fille d’Ignacio, et de Joana Josepha ASCORREFHA, est décédé en son domicile, rue de l’hôpital, à l’Île Saint-Louis.
Jean CELLARIER, propriétaire foncier, domicilié à Bessan, où il est né le 17 février 1784, fils de défunt Pierre, bourgeois, décédé à Béziers (Hérault), le 9 septembre 1791, et de Marie COMBES, âgée de 50 ans, s’est marié à Bessan, le 4 novembre 1807, avec Antoinette Marie Anne JULLIAN, née à Bessan, le 10 octobre 1786, fille de Mathieu Laurent Antoine, propriétaire foncier, décédé à Bessan, le 4 frimaire de l’an 12, et d’Antoinette MARTIN, âgée de 42 ans.

Support : BNF Gallica, AD de l’Hérault, ANOM, Geneanet
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut