Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
gen coup press illus 0023On peut lire dans Le Temps du 5 février 1863

On lit dans l'Echo de l'Ardèche :
"La commune de Beaumont vient d'être le théâtre d'un douloureux évènement qui s'est accompli dans les circonstances suivantes :
"Un enfant de treize ans, Jean FAYOLLE, dont les parents habitent le village de Pourcharesse, dans la commune de Dompnac, avait été mis à l'école chez l'institutrice d'Issac, dans la commune de Beaumont. Le 7 janvier, l'institutrice, étant obligée de s'absenter, renvoya son jeune élève à Pourcharesse.
"La veille, il était tombé beaucoup de neige, mais le temps s'était remis au beau et le parcours que devait suivre l'enfant semblait ne présenter aucun danger ; aussi quelques jours s'étant écoulés sans que l'institutrice vit revenir son élève, elle ne s'en émut nullement, pensant qu'il avait été retenu par ses parents. Ceux-ci cependant n'avaient pas vu leur enfant, mais comme ils ignoraient qu'il eut quitté l'école, ils n'avaient pas la moindre inquiétude sur son compte.

"Vingt jour s'étaient passés dans cette trompeuse sécurité, lorsque mardi dernier, le père du jeune FAYOLLE se rendit à Issac, et se présenta à l'école en demandant à voir son fils. Nous laissons à juger de l'étonnement de l'institutrice à cette demande du père, puis de l'effroi qui les assaillit l'un et l'autre lorsque quelques mots les eurent mis au courant de la situation. Sans perdre de temps, les recherches les plus actives et les plus minutieuses furent entreprises sur le parcours d'Issac à Pourcharesse, et bientôt on découvrait le cadavre de Jean FAYOLLE enfoui dans la neige au fond d'un ravin, sur les flancs du col de la Serre.
Ce pauvre enfant, parti d'Issac par un temps magnifique, avait été surpris en arrivant au sommet du col, par une tourmente de neige, et un coup de vent l'avait jeté au fond du précipice où il avait dû trouver une mort instantanée. La neige, en retombant après la tourmente, avait couvert son corps et l'avait dérobé pendant vingt jours à la vue des nombreux passants qui fréquentent le chemin au bas duquel il gisait.

L’enquête généalogique :
Jean Noé FAYOLLE, âgé de 13 ans, demeurant à Pourcharesse, commune de Dompnac (Ardèche), fils de Noé Siméon FAYOLLE, âgé de 48 ans, et de Marie JOUVE, cultivateurs à Pourcharesse, a été trouvé mort, le 27 janvier 1863, près du Bolze, à Beaumont (Ardèche).
Noé Siméon FAYOLLE, âgé de 34 ans, né à Dompnac, cultivateur, fils de Jean Siméon, cultivateur à Dompnac, et de Catherine DUNY, s'est marié le 17 février 1849, à Dompnac, avec Marie JOUVE, âgée de 28 ans, née à Dompnac, fille d'Antoine, cultivateur à Dompnac, et de Marie MENAT.
Jean FAYOLLE s'est marié avec Catherine DUNY, le 5 pluviôse de l'an 13, à Dompnac.

Support : Gallica-BNF, AD de l'Ardèche
logo geneanaute
Portail généalogique
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px