Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
livret-familleC'est l'anthroponymie qui étudie l'histoire des noms de personnes, la toponymie ciblant plus particulièrement les noms de lieux ; l'onomastique étant la science de tout ce qui se rapporte à l'étude des noms propres.

L'histoire de nos noms de famille est récente, cinq siècles tout au plus pour ce qui est du début de la consolidation des noms, à peine plus de cent ans pour une orthographe constante des noms grâce au livret de famille créé en 1877.
Dans les civilisations antiques l'individu était nommé une seule fois et gardait tout au long de sa vie cette dénomination ; les romains adoptèrent un système à trois noms pour désigner un individu. Ce système, répandu sur tout le territoire de l'empire fut mis à mal lors des invasions barbares au cours desquelles les populations reprirent l'usage de désigner les individus par un seul nom.

C'est à partir du Xème siècle que s'enclenchera un long processus, poussé par les confusions engendrées par un trop grand nombre d'homonynies, consistant à désigner l'individu par un nom et un surnom. Le phénomène, d'abord adopté par la noblesse, se répandra à l'ensemble de la population jusqu'au XVème siècle où l'on verra petit à petit se fixer les noms de famille.
L'ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539, les lois révolutionnaires de 1794 relatives à l'État-Civil, et finalement la tenue du livret de famille scelleront définitivement le nom de famille.

Les différents noms en France tiennent à peu de choses. Je les regroupe en quatre grandes catégories à l'intérieur desquelles on pourrait définir de multiples variables régionales, linguistiques ou de signification différente selon l'interprétation.
On trouvera ainsi les noms issus des prénoms, de baptême dans l'immense majorité. Ce sont les BERNARD, MARTIN, THIBAUD.
Autre catégorie, les surnoms, issus des particularités physiques, morales ou intelectuelles, telles que GROS, LEGRAND, GENTIL, mais aussi en rapport avec un évènement de leur vie ; LEROY n'est pas forcément le cousin de sa majesté, mais aurait été plusieurs fois le roi d'une fête, d'un concours.
Bien entendu les noms en rapport avec la géographie locale, régionale, tous les porteurs de noms de villes ou de villages, DIJON, PARIS (qui peuvent être étudiés au travers de la toponymie), ou désignant un endroit comme les DUPONT, RIVIÈRE, se référant à la province, comme LEBRETON, AUVERGNE.
Dernière catégorie regroupant autour d'une constante les noms de famille, les noms issus des métiers, des charges ou fonctions ; ce sont les BOULANGER, ARCHER, CLERC, AVOCAT.

Bien entendu, l'étude de chaque nom n'est pas aussi simple que dans les exemples donnés ci-dessus, et l'emploi de dialectes, d'ancien français dans ces constructions déformées sur plusieurs siècles, dissimule la véritable racine.
Les noms au cours des siècles ont été déformés, tronqués, mal orthographiés, mais ils gardent toujours en eux leur origine, à nous de la trouver. Mais attention aux amalgames par delà les siècles, les LEGRAND ne sont pas tous forcément au dessus de la toise, et les ARCHER n'ont aucune flèche dans leur carquois !
Je trouve par contre que pour les noms de lieux, lorsqu'ils désignent un endroit précis, leur localisation peut aider à retrouver des "nids" généalogiques. Pensez à faire une recherche via Géoportail ou Gencom en tapant votre nom de famille s'il semble correspondre à cette catégorie, il y a des surprises parfois !
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut