Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
illus 049Tiens, le printemps pointe le bout de son nez, et les engourdis d'un hiver presque maussade avec son cortège de neige et de froid de canard, s'éveillent au doux son de l'appel de la révolte. On bourgeonne, on bourgeonne depuis lontemps déjà et l'on va bientôt éclore ... et la fibre soixante-huitarde sommeillant dans les recoins d'ADN, c'est héréditaire ça ?, vibre au son des manifs, des pétitions et des effarouchements en tout genre. Que dis-je, une révolution est en marche, et l'on sent déjà qu'à la manière de certains auteurs méridonaux "La mine elle va caguer !".
Mais qu'ont-ils donc à se poser des problèmes aussi récurent que "Pourquoi le ciel est bleu ?". Et j'entends encore, au coin des listes de discussions la litanie des partisans du tout gratuit, à condition que ce soit les autres qui payent, vrombir au-dessus de nos chastes têtes de personnes opposées au commerce mais fréquentant Amazon et Wish parce qu'on y fait des bonnes affaires ! Mais qui sont-ils pour exiger la gratuité quand il faut payer, auteurs, webmasters, gestionnaires de sites webs et de bases de données pour assouvir ces assoiffés du gratuit à tout prix. Mais qui êtes-vous pour exiger des autres de payer à votre place ?
Je paye de multiples abonnements, des accés à des sites, des hébergements divers, et j'en suis satisfait, parce qu'on me propose ce que j'attends de cette contribution. Offrir des prestations sur Internet, ce n'est pas gratuit, cela demande du temps, bonjour les bénévoles, et de la mise en oeuvre et en ligne, salut les sites gratuits ... Et vous acceptez de payer des milliers d'âneries et refusez quelques euros pour permettre à des sites d'exister, à des associations ou des particuliers de vous proposer ce qu'ils ont de mieux ! C'est tout bonnement étrange. Le professionalisme passe aussi par là, et l'amateurisme, n'exigeant rien d'autre que d'être tel, ne sera jamais qu'une passion exprimée au grand jour. Ne cédez pas au chant d'une sirène, bornée, mais pleine de bonne volonté, et qui vous laissera tomber comme une vieille chaussette quand cette fameuse fibre sera aussi usée que les cordes vocales de certains de nos jeunes chanteurs !
Payez ! A bon escient certes, mais ne vous braquez pas sur un tout gratuit qui ne vous garantit pas plus que la bonne volonté de quelques uns qui s'useront faute de combattants et de combattus. Et ne blâmez pas plus le commerce, généalogique ou autre, il supporte largement une demande. Que vous accusiez les uns comme les autres de profiter de la crédulité des uns comme des autres, cela va de soi, à nous de veiller à conseiller, guider et former ; aux ânes et aux abrutis de se laisser abuser par un miroir qui n'attire plus depuis longtemps les alouettes mais tout simplement les pigeons croyant qu'Internet fera d'eux le nouveau révolutionnaire. Signez donc les pétitions, hurlez donc à la gratuité en tout genre, le cul dans votre fauteuil bien sûr.
Et l'on en revient à exiger de tel département la mise en ligne de ses archives, et l'on souhaite obtenir une gratuité complète parce que l'on n'est pas en mesure de payer ... Dilemne et choix que seuls quelques uns arrivent à faire tant l'offre est importante et que le crédit est facile. Ne prenez donc plus le train en marche, ce n'est pas grave, attendez le suivant et profitez-en pour réfléchir à votre situation : avez-vous tous les atouts en main ? Savez-vous ce que vous cherchez ? L'endroit où vous allez diriger vos pas ? Avez-vous un plan de travail ? Ou bien aimeriez-vous juste discuter avec une tierce personne ? Quelques questionnements qui devraient vous aider à définir vos orientations sur Internet et votre niveau de réflexion face à des quidams souhaitant une mise en ligne d'archives, ils ne savent même pas lesquelles, au plus vite, on se demande d'ailleurs pourquoi ils sont si pressés ...
Alors, allez signer les pétitions, allez hurler votre haine à la face de ceux que vous avez élus hier, allez vous indigner sur le fait que votre tante arrive à faire sa généalogie en ligne alors que vous, qui avez toute votre famille issue de ce département renégat, êtes bloqué. Payez donc les futilités qui font votre quotidien, exigez la mise en ligne payée par des citoyens qui n'ont rien à faire de la généalogie et demandez à assouvir votre passion dans une normalité que vous ne pouvez concevoir que dans votre démarche et jamais dans celle d'autres.
Je continue à m'interroger sur cette étroitesse d'esprit, sur ces exigences communautaires qui font notre société contemporaine et le manque d'investissement du vulgum pecus à son sujet. Des veaux, je me répète, comme disait un grand personnage, dociles jusqu'à l'abattoir, le commerce dont ils renient toute existence, en le favorisant. Mais mon positivisme ambiant me fait dire que ces quelques hurleurs de connexions webistiques, ne le font que dans le désert ...
(à suivre ...)

Recherches

Gallica GALLICA
Geneanet
GÉNÉANET
Google
GOOGLE
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut