Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
illus 028Les dates, c'est un des nombreux problèmes soulevés par la généalogie et le besoin de connaître celle de naissance, de mariage, de décès et des nombreux événements jalonnant la vie d'un individu. Si l'on peut admettre que notre siècle, et le précédent, ont vu une stabilité dans le calcul de ces dernières, tant du point de vue du calendrier que de celui du calcul et des facilités de ce dernier, il n'en a pas toujours été à toutes les époques de la même manière.
Du calendrier Julien au calendrier Grégorien, pour notre civilisation, en passant par les tentatives révolutionnaires et les nostalgiques napoléoniens, les dates ne manquent pas de différences.
Cependant tous ces calculs font références à des points précis et peuvent, relativement facilement, être transformés en jour, mois et année parfaitement compréhensibles par le commun de nos mortels contemporains. Ce sont ces dates que nous, généalogistes, répercutons dans nos recherches.
Il en va toutefois fort différemment de nos braves officiers d'état-civil, curés, prêtres et autres officiants à l'occasion de ces moments de la vie que sont les baptêmes, les mariages, les sépultures, voire même dans des années un peu plus proches de nous, pour des naissances, des mariages, des enterrements. Ainsi lorsque l'officiant annonce un âge, une année, prenons garde !
J'ai pour habitude de me méfier de tout âge arrondi à la dizaine : "Jean MARTIN, âgé de 50 ans, décédé le 10 avril 1782". A priori, ce brave homme est né en 1732 ... méfiance, son année de naissance peut varier allègrement de 1720 à 1750 quand ce n'est pas dû à une erreur de calcul beaucoup plus grave, comme dans l'illustration de cet article !
De nos jours, tout acte fait référence à une pièce prouvant un âge, une année de naissance, de mariage, de décès etc. Par le passé, on faisait plutôt confiance à l'entourage, à la bonne ou mauvaise mine du considéré, et tout allait bien ... jusqu'à ce qu'un généalogiste, deux ou trois cents ans plus tard, vienne semer le doute.
Ne nous y trompons donc pas, et recoupons toujours nos informations avant de certifier une date qui doit avant toute certitude être qualifiée de "environ" ou "autour de", permettant au quidam de se faire une idée sans toutefois mettre de côté une recherche inévitable.
Cette date ou estimation de date, de plus, situera la personne, permettant de la placer sur une trame temporelle, en évitant de la confondre avec une autre née cent ans plus tôt ou plus tard. Quelle déception en effet de lire des généalogies pour lesquelles on trouve une dizaine de Jean MARTIN, sans aucune précision temporelle ; de l'an 400 à l'an 2000 nous avons de la marge !
J'aime beaucoup rencontrer au fil des pages de vieux registres ces calculs faits sur un coin de feuille, étonnants par leurs nombreuses erreurs, mais qui prouvent encore aux nombreux généalogistes et chercheurs qu'en tous temps l'erreur demeure humaine et doit être comprise comme telle, assimilée, analysée, et correctement interprétée dans son environnement.
Sur ce, à vos calculettes ...

Recherches

Gallica GALLICA
Geneanet
GÉNÉANET
Google
GOOGLE
logo geneanaute
Portail généalogique

Visiteurs du site

Aujourd'hui143
Hier377
Semaine911
Mois11102
Total (année en cours)71677

Qui est en ligne ?

2
En ce moment

mercredi 28 juin 2017 12:37
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px